Metz : le Buddha Lounge

  • Les Gralettes
  • Restaurants
Metz : le Buddha Lounge
Par grand temps de froid, de pluie et en période de noël, un sentiment général s’abat sur les Gralettes : La Flemme. La journée était délicate, dure et éprouvante... Toute les conditions réunies pour se faire un bon resto quoi !
Alors c’est un peu au pif que le duo Gralettois se dirige vers un établissement, qui à vue de nez, bénéficie d’une bonne réputation : Le Buddha Lounge.
Première impression, c’est calme. Pas calme dans le sens c’est vide, non, mais plutôt dans le sens reposant... On en a très vite conclu que l’on pourrait y passer toute la soirée un verre de blanc en main assis sur un fauteuil en cuir. Lumière tamisée, de l’encens, une déco a la fois zen bouddhiste (ah bon ??) et un côté un peu « comme à la maison » avec une cheminé à l’éthanol dans un coin.
On s'y s'en vraiment bien !


Impossible de s'enerver ici, zenitude et plaisir, il fait bon vivre et decouvrir de belles assiettes !
Bref, le cadre est posé, on nous a installé près de la baie vitrée avec vue sur le marché de Noël.
Atmosphère et accueil sympathique du serveur, il fait bon et on se prend une petite mousse en apéro tout en écoutant une radio Jazzy.
Comme si ça ne suffisait pas, pour patienter avant l’entrée, on a le droit pour accompagner l'apéretif à une bouchée de foie gras sur un blinnie avec un petit chutney comme liant. Ca s’annonce plutôt bien… !
 
Premier bon point : La carte tient sur une double page, entrées, plats et desserts.  Peu de choix, la qualité est donc potentiellement au rendez-vous.
 
 

A savoir qu'en général, quand on s’offre un restaurant, deux objectifs sont à remplir :

1 - Passer une bonne soirée.

2 - Manger des plats que l’on ne fait pas à la maison.


Sur le dernier point, je pense qu’on est royalement servit.
La carte est juste IMPROBABLE.
Pour s’imaginer le concept, on prend des plats un peu traditionnels, on rajoute une pincé de saveur orientale ou un petit plus qui va faire la différence. Pour illustrer nos propos, attaquons par une série d’exemple.
  • Des entrées au top

L’Entrée, pour Dame Gralette ce sera un « mix buddha », assortiment de Nem est samossa accompagné de trois sauces. Pour Monsieur, « tartare de veau aux truffes » avec sa petite salade et condiment.
Les nems, rien à repprocher, on reste sur du basique sans que ce soit trop gras. On remarque que c’est du fait maison avec un samossa moelleux bien plié. A noter que trois sauces vous sont proposées (une épicée, une douce, et une sauce au soja).
Par contre, plus atypique, le tartare de veau à la truffe, une grande première pour moi qui est fan de viande crue. C’est frais, c’est bon, mais juste faire attention pour la truffe :
- Si vraiment on est fan de la truffe, foncez. C’est mortel.
- Si « oui j’aime bien mais à petite dose », ça risque d’être un peu écœurant.
Ici c'est vraiment une question de gout.

 
  • Des plats originaux et savoureux

Pour le plat, il faut savoir qu’on a le choix de l’accompagnement (Purée à la truffe, frites, legumes de saisons, trio de riz et nouilles) ainsi que la sauce.
 
 
Brochette Louisiane, chaleur du bayou southern USA, c'est pas une portion de gonzesse !
Madame a eu le droit aux « brochettes à la Louisiane » avec son trio de riz au lait de coco tandis que Monsieur s’offre un « onglet de bœuf » avec une belle purée de truffe.
Bon, j’avoue, dans le genre « je critique la truffe mais j’en reprends », il le fait exprès...
Pour ma défense, on a commandé l’entrée et le plat en même temps.
Donc la purée, pareil, c’était bon mais trop de truffe à mon goût, Dame Gralette à l'inverse, a trouvé ça super bon, mais je commence à soupçonner qu’elle ai des gouts de luxe... La viande nickel, tendre et gouteuse avec une petite sauce aux champignons des bois. La quantité pour un homme gourmand était au rendez-vous. RAS.

 

Pour les brochettes à la Louisiane, d’habitude ou nous sert quoi.. ? Une ? Deux brochettes ? Et bien non, au Buddha c’est trois. Donc, un demi poulet en brochette avec des petits quartiers d’orange, c’était parfumé, doux et à la fois bien épicé. Le trio de riz (Riz sauvage, riz noir et riz rouge à vue de nez) était servi avec du lait de coco, d’ailleurs on note la petite attention délicate du serveur au moment de la commande qui prévient madame parce que tout le monde n’aime pas le lait de coco.
Nous pouvons donc en conclure que notre serveur sait ce qu’il y a dans les plats, chose à souligner car ce n'est pas spécialement le cas ailleurs...
Bref, rien à redire, les assiettes sont terminées (ou presque, Madame avait quand même une sacrée portion de volaille).
  • Pour finir, des desserts tout en finesse.

On avait la rude (ou plutôt naïve) intention de prendre un dessert léger.. Mais voilà, quand je lis la carte, il y a deux incontournables : Le moelleux au chocolat cœur de framboise (ca vend du rêve hein ?) et le pain perdu.
Le serveur m’explique sincèrement que je fais bien de m'orienter sur le pain perdu, il serait « incontournable ». Du coup, la pression monte, je n’aime pas trop qe l'on me fait trop de promesses.

C'est beau à en faire fondre mon petit coeur en chocolat...
Les desserts arrivent, déjà une petites claques sur la présentation, c’est beau.
Madame donne un coup de cuillère dans le fondant et.. ça fond. Enfin, je veux dire, à part à la télé, les fondants c’est en général relativement décevant. Et en plus, il y a des framboises entière dans le cœur, c'était donc aussi bon que beau.

En ce qui me concerne, impatient, je goute mon pain perdu en prenant bien soin de prendre un peu de la glace vanille qui trône au-dessus, et un peu de chantilly maison.
Niveau commentaire, c’était un peu limité, j’ai rien su dire d’autre que : C’est ENORME.
Je ne sais pas, c’était divin, peut-être le meilleur dessert que j’ai mangé en dehors du Tiramisu de la Nonna (c'est dire !).
Bref, suite à une petite extase et un bon ¼ h à discuter avec le serveur, c’est le cœur lourd (et le ventre bien plein) que nous sommes resignés à partir.
 Bienvenue dans le temple de la soirée réussie !
On fait un bref bilan, points positifs :
- Qualité prix. Ce n’est pas un menu à 10 francs, mais la quantité et la qualité sont là.
- La cuisine ouverte.
- On soupçonne qu’il y a très peu, voire pas du tout de produits congelés.
- Accueil et service au petit soin.
- Atypique.
- La déco cosy.
- Le service tardif, jusqu'a 23h en semaine et minuit le week-end
- La carte de fidélité qui crédite 5% de l'addition pour une prochaine fois (dans ce restaurant ou d'autres partenaires.. restauration comme taxi ou parking en centre ville !).

 

Point négatif:
- L’ergonomie des fourchettes.
Oui, c’est nul, mais fallait bien en trouvé un truc sur lequel chipoter.

 
Pour le prix, nous en avons eu pour 73.50€ à deux, en comptant aperitif, entrée, plat, dessert, café et eau pétillante à table... vu la qualité (et la quantité!) présente à table, le rapport qualité prix est tout à fait juste.
A savoir qu'il n'y a pas de "menu" à proprement dit, tout est à la carte. Le choix y est très varié, le tout divisé en 3 sections : steakhouse, océan, fusion. On y trouve entre autre des plats à base de viande (tournedos de canard, poulet tandoori, cotellettes d'agneau...), des poissons qui changent de l'ordinaire (saint Jacques sur risotto de riz noir, steak d'espadon mariné aux deux citrons, sashimi...). La carte semble également être renouvelée assez régulièrement, ce qui engage à s'y rendre à nouveau pour y faire de nouvelles découvertes.

En bref, nous on n’y retournera ! Et vous ?

Informations pratiques :

  • Leur site web avec la carte : www.buddhalounge.fr/
  • Horaires : Du Mardi au Samedi soir à partir de 19h Service tardif jusqu'a 23h en semaine, Minuit Les week-end
  • Pensez à reserver le week-end, pas besoin en semaine
  • Adresse : 51 Place de Chambre, 57000 Metz
  • Telephone : 03 87 50 35 03
  • Tarif : 30 - 40€ / personne

Le Buddha Lounge, 51 Place de Chambre à Metz, derrière la cathédrale et le marché couvert.

Les Gralettes © 2014-2016 -  Hébergé par Overblog